Institut Languedocien de la Pierre Sèche

Pierre sèche d'hier et d'aujourd'hui

bandeaubatir

Construire en pierre sèche aujourd’hui

Il y a plusieurs manières de construire ou de restaurer un ouvrage en pierre sèche.

En le faisant faire par un professionnel
Depuis l’ouverture, en 2010, d’une filière de formation nationale, on trouve des artisans diplômés du CQP N2 bâtisseur en pierre sèche. Il existe aussi des professionnels non diplômés mais néanmoins qualifiés. Ce sont souvent des artisans établis de longue date et la meilleure façon de s’assurer de leur savoir-faire est de vérifier leurs références.

Certains maçons et certains paysagistes savent également travailler la pierre sèche. Assurez-vous néanmoins qu’ils pratiquent bien la vraie maçonnerie de pierre sèche et non, comme souvent hélas, de « l’aspect pierre sèche » réalisé avec des pierres collées sur une façade en béton. Dans ce cas vous aurez peut être un joli muret mais perdrez alors toutes les qualités intrinsèques de la vraie pierre sèche, à commencer par sa perméabilité à l’eau.

Le budget à prévoir varie selon le type d’ouvrage, la provenance des pierres, et le savoir-faire de l’artisan. A noter que certaines communes, par exemple la Ville de Nîmes, subventionnent les ouvrages en pierre sèche et qu’il est même possible, sous certaines conditions, de bénéficier de réductions d’impôts en déposant un dossier à la Fondation du Patrimoine.

La Chambre des Métiers d’Avignon publie un annuaire national des professionnels de la pierre sèche, mentionnant ceux qui sont titulaires du CQP N2 bâtisseur en pîerre sèche, ainsi que la liste des associations professionnelles.

En le faisant par soi-même

La technique de la pierre sèche n’a rien de compliqué en soi. Il suffit d’avoir un peu de temps, de suivre quelques règles de base, et l’aisance vient d’elle-même avec le temps et la pratique.

Stage d'initiation pierre sèche à Collias ; photo D. Munck

Stage d’initiation pierre sèche à Collias ; photo D. Munck

La meilleure façon de s’y mettre est de participer à un stage d’initiation. Ils sont assez fréquents dans la région et durent généralement de deux à cinq jours. Les coûts sont très raisonnables et c’est un bon moyen de s’initier. Ca suffit amplement pour apprendre à bâtir soi-même un petit ouvrage, par exemple un enclos de potager, ou pour restaurer des murettes en mal d’entretien.

Une fois l’ouvrage construit ou restauré il suffira de vérifier chaque année, au sortir de l’hiver, que les pierres sont bien en place et de recaler celles qui auraient éventuellement bougé. Un ouvrage entretenu de cette manière peut durer très longtemps.

Nous sommes à votre disposition pour vous renseigner pour tout projet de construction ou de restauration en pierre sèche.